8.11.07

Cette éthique universelle du respect de l'autre

Frédéric Lenoir, directeur du Monde des religions, publie un nouvel essai : "Le Christ philosophe". Il aborde le caractère universel du message évangélique. Extraits :

"En dépit de toutes sortes de déviations qui lui ont été imposées au cours des siècles, la philosophie du Christ a réussi à imprégner profondément la civilisation occidentale jusqu'à modeler les valeurs phares de notre monde. (…) Nous restons imprégnés, bien souvent sans en avoir conscience, par ce christianisme devenu invisible. (…) Il repose certes sur une forme séculière de transcendance qui fonde nos valeurs… mais on n'a pas encore trouvé mieux pour légitimer et tenter de mettre en œuvre une éthique universelle du respect de l'autre. À moins, et pourquoi pas, de haïr comme Nietzsche l'égalité, l'amour du prochain, la fraternité ou la sensibilité à la souffrance d'autrui, je ne vois pas en quoi le message judéo-chrétien et ses avatars laïcs seraient si néfastes et par quoi on pourrait les remplacer de si merveilleux. Les yeux grands ouverts et la raison critique en éveil, assumons donc sereinement ce qu'il y a de bon et d'utile à l'homme dans notre héritage. Et admettons, même de manière provisoire, que nos idéaux aient encore besoin d'une forme quelconque de transcendance pour tenir debout. À tout prendre, ne vaut-il pas mieux une éthique humaniste issue du message judéo-chrétien que la barbarie ?"

Source : La Vie, 01/11/07


Libellés :

Anonymous Jean-Yves a écrit...

Je suis d'accord avec la teneur de ce billet à la condition que les religions chrétiennes ne s'arrogent pas les leçons d'humanisme.

8/11/07 06:24  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale