12.3.07

La dernière allocution de Jacques Chirac

Ce que tout le monde savait est confirmé : Jacques Chirac ne briguera pas un troisième mandat. Ce n'est donc pas ce que je retiendrai de cette allocution. Avec le prochain départ du président s'achève une période de notre histoire et par conséquent une période de la mienne. François Mitterrand aura été le président de ma jeunesse et des mes études, Jacques Chirac celui de mes premières années de vie professionnelle. Je ne doute pas un instant de sa sincérité quand il évoque sa passion pour la France et son amour pour les Français. Il laisse quelques grandes réformes, une aura internationale certaine, des combats pour notre quotidien. Mais dommage que souvent ses discours aient été meilleurs que ses actes. Les quatre messages qu'il nous laisse pour l'avenir sont justes, on ne peut que les partager. Contre le pessimisme ambiant, je retiens surtout son appel à avoir confiance en nous et en les forces de notre pays, qui sont réelles. Quand une personnalité quitte ainsi notre quotidien émergent forcément des souvenirs qui y sont attachés. Les rétrospectives vues à la télé en sont le déclencheur. Surtout, transparaît cette sensation diffuse que le temps passe irrémédiablement. Par chance, qui dit départ dit arrivée de quelqu'un d'autre, pour une nouvelle aventure, pour que la France continue à " étonner le monde ".

Libellés :

Anonymous ginkgo a écrit...

Quand je pense à mes cours d'histoire du Lycée, une anecdote me revient en mémoire : la dévaluation du Franc dans les années 1920. Mon prof d'histoire nous disait que cette dévaluation avait été causée, non pas par des spéculateurs étrangers, mais principalement par le manque de confiance des francais dans leur monnaie et leur achat conséquent de monnaies étrangères. C'est fou comme nous, francais, on peut se tirer une balle dans le pied, alors que l'on arrive à de grandes choses lorsqu'on travaille avec confiance : Airbus, Arianespace, TGV... C'est la force des ricains de drainer et de rassembler l'énergie de tout un chacun via un discours positif, que l'on interprète à tort, comme un discours gnan-gnan, alors que c'est une façon de contrer les énergies auto-destructices. Sur certains plans (pas tous !), on ferait bien de prendre de la graine des ricains.

13/3/07 22:31  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale