11.2.07

Plus d'une mort dans la vie

L'écrivain Hélène Cixous : " J'ai perdu mon père à 10 ans. Il y eut un fracas, un éclair. Brusquement, le monde avait disparu. Je ne savais plus où mettre les pieds. C'est ce qui est effrayant avec la mort d'un être cher. En disparaissant, cette personne qui est logée en vous, dans vos poumons, dans votre crâne, emporte le monde avec elle. Heureusement et malheureusement, la vie se reconstitue, surtout quand on est jeune, de même que les tissus du corps humain se régénèrent. La douleur reste toujours vive, mais elle devient une compagne, on vit avec elle. On lui parle et elle vous parle. Par la suite, cette douleur se répétera plusieurs fois, comme si c'était la première fois. Ce qui est terrifiant, c'est qu'on peut perdre LE monde (il n'y en a qu'un) plusieurs fois. Notre finitude, c'est ça : plus d'une mort dans la vie. " (Télérama, 11/01/07)

Libellés :

Blogger MatthieuM a écrit...

Voilà une réfléxion très belle...

11/2/07 19:36  
Anonymous Jean-Yves a écrit...

J'invite les lecteurs de Pépites à découvrir de cette auteure HYPERRÊVE aux Editions Galilée où elle mène une réflexion sur son père, sur sa mère, sur son fils né handicapé et mort tout petit, sur ses ascendances juive et allemande, sur sa jeunesse algérienne...

11/2/07 21:14  
Blogger vivandco a écrit...

Cela nous renvoie à la fameuse notion boudhiste de l'impermanence des choses. A chaque instant, à chaque seconde, le monde se transforme. Tout ce qui est vivant meurt un peu. Et en même temps d'autres êtres naissent et se développent. J'ai pris une photo, il y a quelques jours. Le tronc d'un gros peuplier, abattu par l'âge et le vent il y a plusieurs années, gisant dans un pré. Sa surface éclairée était colonisée par une mousse verte luisante au soleil. Le bois en putréfaction nourissait toute une faune d'insectes, larves, cocons, vers.
Et puis j'aime ces métaphores du temps qui passe et du monde en mouvement que les anglophones appellent des time-lapse vidéos. Il n'y a pas de bonne traduction en français, on peut dire vidéos en accéléré. Le principe est de photographier à intervalles réguliers un sujet, ou bien de le filmer, et de passer le résulat en accéléré. Un de mes préférés résume neuf mois d'une grossesse en vingt secondes. Il est visible sur Youtube à cette adresse : http://www.youtube.com/watch?v=-T3lOOKrsWI
Nos vies sont fugitives.
La vie est éternelle.
Ceci dit, nous nous attachons tous à ceux que nous aimons. Et toute la philosophie du monde, n'empêchera pas nos coeurs de saigner à la perte d'un être précieux. Le temps d'une vie humaine est une éternité pour la luciole. Pourtant ce n'est que le temps de nouer quelques rares et douces complicités.

11/2/07 21:26  
Blogger Pépites a écrit...

" Le temps d'une vie humaine est une éternité pour la luciole. Pourtant ce n'est que le temps de nouer quelques rares et douces complicités. " Voilà une belle pépite. Merci Viv !

11/2/07 21:38  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale