11.1.07

Ces industries qui vont manquer à l'Europe

Jacques Attali, au sujet de l'inquiétante disparition des industries européennes : " Contrairement à ce qu'annoncent depuis longtemps les futurologues, le monde n'est pas en train de devenir une société postindustrielle, où domineraient les services, mais tout au contraire une société hyperindustrielle, où les services eux-mêmes s'industrialisent et où la richesse sera de plus en plus créée par les seules entreprises industrielles, qui peuvent augmenter leur productivité en automatisant la production de leurs marchandises, à la différence des entreprises tertiaires, dont la productivité est limitée par les capacités de travail de leurs employés. Le secteur de la musique, toujours annonciateur des changements majeurs de la société, fournit un excellent exemple de ce qui nous attend. Alors que les nouvelles technologies de l'information, en permettant la circulation gratuite des fichiers digitaux, ruinent ceux qui prétendent encore commercialiser des œuvres immatérielles, ceux qui fabriquent industriellement les moyens de l'entendre s'enrichissent à l'infini : l'iPod fait la fortune d'Apple ; la gratuité ruine les majors. Alors que les Américains et les Japonais l'ont bien compris et se lancent à fond dans l'industrialisation, sur leur sol, des services - en particulier de surveillance, de santé et d'éducation - les Européens se bercent encore de l'illusion de voir leur avenir dans certains services (financiers, commerciaux ou touristiques) et abandonnent l'un après l'autre leurs fleurons industriels, qui leur feront bientôt cruellement défaut. " (lexpress.fr, 30/11/06)

Libellés :

Anonymous Ginkgo a écrit...

Ah, je me suis dit un truc similaire hier soir en revenant du boulot.

Si l'on désindustrialise à tout va en Europe en délocalisant en Chine en croyant y trouver notre salut, on va se faire couillonner. Certains se disent qu'il leur restera la partie noble des services et des productions immatérielles chère à Breton. Jusqu'au jour où, après avoir délocalisé toute notre industrie, on va enfin comprendre, en ouvrant enfin les yeux, que les productions immatérielles passent encore plus vite (!) la frontière, hé oui, car immatérielles, et que, compter sur cela, c'est un peu comme batir un chateau de sable lorsque la marée monte. Dans le secteur où je travaille (informatique), les premières alliances d'importance dans le domaine de la production immatérielle ont commencé. Pas sur que les chinois nous laissent ce monopole.

Décidément, je tiens Breton, et son appel en faveur de l'économie immatérielle, en piètre estime. Je ne sais plus où j'ai lu cela mais il est dit qu'il a présidé Bull et une fois qu'il est parti, Bull s'est cassé la gueule. Idem avec Futuroscope. Idem avec Thomson Multimédia. Idem avec France Télécom. En gros, il n'investit pas, prépare pas l'avenir, gouverne à court terme, et se casse avant que ses choix à court terme lui pète à la figure. Faute d'investissement sous l'ère Breton, m'a-t-on dit, Thomson Multimédia a fini par vendre toutes ses chaines de production à je-ne-sais-plus quel chinois (alors que Thomson était en volume le premier constructeur mondial de télévision par ex). Et a affiché plusieurs centaines de millions d'euros de déficit.

Le prix des matières premières augmente sensiblement. Les journaux font état de plus en plus souvent de vols de matières premières. Le coût du transport aussi. On dirait que les productions matérielles, et plus largement, le secteur "matériel" n'ont pas dit leur dernier mot. Je trouve que l'on commence à entrer, de ce point de vue, dans une ère de pénurie. Le mouvement s'inverse, attention à ne pas être pris à contre-courant et à laisser filer le contrôle des industries premières (!) dans des mains contraires à nos intérêts (par ex, Péchiney totalement désossé par les canadiens et qui n'a plus d'attaches en France ou presque - merci nos amis canadiens - demain, Acelor ?).

L'allemagne vient à nouveau de devenir le premier exportation mondial, devant le Japon, les USA et la Chine. Qui a parlé de la fin des industries en Europe ?

Une question que je pose ces temps-ci : d'un point de vue économique, pour qui voter aux prochaines élections ?

Dur, dur de se faire une idée en ces temps troubles. J'ai un peu l'impression que chaque candidat prone une partie des idées qui me semblent importantes. On dirait que chaque candidat a seulement un bout de la vision d'ensemble de ce qui se prépare et qu'ils ont par ailleurs des oeillères idéologiques ou partisanes. Par ex, je ne suis pas sur qu'il fasse vraiment le faire mais la renationnalisation d'EDF, coté Ségolène, part, je crois, du bon sentiment de ne pas ajouter du désordre à la fourniture d'un bien essentiel, l'électricité, alors qu'il faut concentrer plutôt nos efforts ailleurs. Et le bouclier fiscal pour ne pas faire partir les plus riches qui, en cas d'exil, iront enrichir les pays étrangers, cela me semble une bonne idée de la droite.

12/1/07 08:44  
Blogger Pépites a écrit...

Merci Gingko pour ce commentaire. Bien d'accord avec toi...

12/1/07 21:07  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale