3.11.06

L'usine était la colonne vertébrale de la société

" Le problème posé par le déclin industriel ne se limite pas à celui des emplois détruits. C'est un véritable changement de société qui est en jeu. L'usine était hier bien plus qu'un lieu de production. Elle constituait en fait la colonne vertébrale de la société tout entière. Toutes les strates de cette dernière y étaient réunies : les ouvriers, les contremaîtres, les ingénieurs, chargés de rendre productif le travail des ouvriers. Même les patrons étaient des salariés comme les autres, cherchant à protéger leurs troupes des risques industriels. Pour prendre une image, une entreprise qui faisait des maillots de bain fabriquait aussi des parapluies pour se protéger des risques climatiques. Aujourd'hui, cette organisation est entièrement démembrée. Les patrons sont devenus des actionnaires et diversifier le risque ne les intéresse plus. Un actionnaire n'a pas besoin que l'entreprise diversifie ses activités. Il lui suffit, pour se protéger du risque, de posséder des actions de différentes firmes. Ce sont désormais les salariés qui se retrouvent exposés au risque économique et les actionnaires qui s'en protègent. Quant aux ingénieurs, ils restent entre eux dans des bureaux d'études. Personne ne se préoccupe plus de rendre productifs les ouvriers non qualifiés. " Dixit l'économiste Daniel Cohen, qui vient de publier " Trois leçons sur la société postindustrielle ". (lexpress.fr, 28/09/06)

Libellés :

Anonymous Matthieu M. a écrit...

C'est un peu réducteur vis à vis des autres secteurs de l'économie...

4/11/06 10:03  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale