1.11.06

L'argent ne fait pas le bonheur

Le mensuel Sciences Humaines d'octobre s'est posé la question de savoir si l'argent faisait le bonheur. Extraits : " L'imagination idéalisée du paradis ne correspond qu'à quelques moments furtifs de sérénité. Les images de carte postale promettent des plaisirs fugaces et non des états de grâce permanents. " Il y a deux drames dans la vie, disait Oscar Wilde, celui de ne pas obtenir ce que l'on désire, et celui de l'obtenir. " Ce décalage entre le bonheur attendu et le bonheur effectif proviendrait d'une confusion. Lorsqu'on anticipe sur le bonheur supposé des gagnants du loto ou le malheur des paralysés, on confond leur état après l'événement et la situation sur le long terme. S'il nous semble que l'on doit être infiniment heureux de gagner au loto et terriblement malheureux d'être paralysé, c'est que l'on confond deux choses : la joie procurée au moment du gain et l'état permanent qui s'ensuit les mois et les années d'après. C'est tout de même une relative bonne nouvelle pour les nouveaux paralysés (plus nombreux que les gagnants du loto) : le grand désespoir lui aussi ne perdure pas et, le temps passant, la plupart s'adaptent et retrouvent le niveau de satisfaction d'antan. (…) Sur le long terme, le taux de bonheur reste stable dans un pays donné. (…) Leçon de morale : le confort n'apporte pas le bonheur, il déplace les aspirations vers d'autres domaines. (…) Il n'y a pas d'écart très significatif entre le niveau de bien-être des couches populaires et celui des milieux aisés. Tout au plus peut-on dire que les très pauvres sont un peu plus malheureux que la moyenne, car plus exposés et fragilisés lorsque surviennent des problèmes de santé, compte tenu des coûts élevés des soins. (…) Il ne suffit pas de gagner plus pour être heureux, mais de bien savoir dépenser son argent. " Le papier est signé de Jean-François Dortier.

Libellés :

Anonymous Thomas a écrit...

Bien qu'assez d'accord avec le fait que l'argent ne fait pas le bonheur, je ne peux m'empêcher de suivre ce raisonnement jusqu'au bout en me mettant dans la situation des plus pauvres.
Ce qui semble vraiment difficile et décourageant, ce n'est pas le choc initial, mais plutôt la répétition quotidienne des frustrations, qui sont en quelque sorte un renouvellement de cet état de mal être initial.

2/11/06 16:52  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale