31.10.06

Refroidir la planète contre le réchauffement

Pour lutter contre le réchauffement climatique, certains scientifiques en viennent à imaginer de refroidir artificiellement la terre . " Plusieurs hypothèses sont envisagées. Certaines sont très prospectives, comme l'envoi d'un immense miroir entre la Terre et le Soleil - bien au-delà de l'orbite lunaire. Cela équivaudrait à ajouter une tache solaire et à diminuer l'éclairement de la Terre. D'autres sont moins futuristes, comme les expériences de fertilisation des océans avec des particules de fer : ce nutriment favorise la photosynthèse - donc l'absorption de carbone - par le phytoplancton. Diminuant ainsi la concentration de gaz carbonique responsable de l'effet de serre. On peut aussi imaginer injecter de très petites particules ou aérosols dans la haute atmosphère pour qu'elles réfléchissent une partie du rayonnement solaire. Et faire ainsi, théoriquement, baisser les températures moyennes... Même si en réalité les choses sont nettement plus compliquées. (…) Cela s'appelle la "géo-ingénierie". Mais ce thème de recherche est demeuré longtemps tabou dans la communauté scientifique pour une raison simple : diffuser l'idée auprès des politiques, des industriels et du public qu'il suffit de mettre en oeuvre de tels dispositifs pour remédier au réchauffement est dangereux. Cela introduit l'idée, fausse, qu'on peut continuer à injecter sans retenue du carbone dans l'atmosphère terrestre. Or ces dispositifs de géo-ingénierie ne doivent être qu'un tout dernier recours, en cas d'aggravation brutale et imprévue de la situation climatique. Néanmoins, certains climatologues pensent qu'il faut désormais sortir du tabou pour commencer à travailler sur une telle éventualité. Cela afin d'évaluer les nombreux risques et incertitudes, et surtout de ne pas faire croire qu'il s'agit d'une solution miracle. " Dixit le climatologue Edouard Bard. (lemonde.fr, 01-02/10/06)

Libellés :

Anonymous Anonyme a écrit...

Quand est-ce que l'homme comprendra enfin que l'on ne peut maîtriser la nature, puisque nous en sommes le fruit?
C'est comme si mon ordinateur me commandait, quoique si c'est pour lire Pépites pourquoi pas !!!

30/10/06 22:23  
Anonymous Anonyme a écrit...

On peut se demander si ces différents rapports ne vont pas rester une fois de plus lettre morte. À vrai dire, ce que l'on peut reprocher à bon nombre d’hommes politiques, ce n’est pas seulement leur inertie ou incurie devant ce qui s’annonce comme la plus grande catastrophe mondiale écologique et humanitaire à venir, c’est carrément leur refus de reconnaître que les changements climatiques sont bel et bien des faits et non quelque hypothèse fumeuse ou élucubrations d’écolos rabat-joie. Si les économistes s'en mêlent , cela va t'il donner plus de poids et d'échos auprès des décideurs de ce monde ?

31/10/06 03:45  
Anonymous Matthieu M. a écrit...

Si l'homme en était resté à se dire que l'on ne peut maitriser la nature, on vivrait toujours dans des grottes à s'éclairer avec des torches.

Et puis d'un côté, l'homme n'est pas le fruit de la nature.. Il est la nature, comme tout autour de lui, du papillon, à l'arbre :)

Le tout est de maitriser la nature de manière intelligente, et non au détriment de celle ci.

31/10/06 22:16  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale