7.10.06

Contre le blues d'automne, la luminothérapie

" Qui ne ressent une certaine nostalgie avec l'arrivée de l'automne ? La fin de l'été évoque le retour à la routine, la perte d'une liberté, la fin des rencontres nouvelles et faciles. La chute des feuilles nous parle inconsciemment de nos amours perdues. L'apparition des vêtements chauds annonce le retour à la pluie et au froid. Et puis la « rentrée » elle-même nous renvoie aux contraintes de l'enfance, à l'anxiété du retour à l'école, à la soumission à l'autorité et au jugement de notre personne sur la base de nos « performances ». Dans ces conditions, comment s'étonner que l'humeur ne soit pas au beau fixe en octobre ? (…) Nous n'avions pas imaginé la chose la plus simple du monde : que nous pouvions être affectés exactement comme les animaux par les cycles de la lumière, au plus profond de notre biologie. Nous ne pouvions pas imaginer que nos patients avaient raison. C'est Norman E. Rosenthal, un psychiatre arrivé d'Afrique du Sud sur la côte Est des Etats-Unis, qui a imposé cette évidence à toute la communauté scientifique. Or, malgré des études répétées et concluantes, ses découvertes continuent d'être largement ignorées dans la pratique courante de la psychiatrie. La luminothérapie reste encore très largement sous-utilisée dans le traitement de la dépression. Ce dédain pour un traitement aussi simple est sans doute lié au fait qu'il n'y a pas de brevet sur la lumière, et que ce n'est donc pas une entreprise profitable que d'encourager les médecins à le prescrire plus largement. " Dixit le psychiatre David Servan-Schreiber, qui explique utiliser lui-même un simulateur d'aube en hiver. (L'Alsace, 01/10/06)

Libellés :

Anonymous Matthieu M. a écrit...

Il me semble en effet que la luminothérapie est assez en vogue dans les pays nordiques où la dépression de l'automne et de l'hiver est un vrai problème de santé publique...

6/10/06 22:17  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale