12.9.06

Pas facile d'être écrivain

" Les intermittents du spectacle ont un statut, pas les écrivains. Et seule une infime minorité d'entre eux a la possibilité d'exiger des éditeurs des droits d'auteur élevés. Au fond, on pourrait dire que l'écrivain est au centre d'un système d'exploitation, au sens non pas polémique, mais technique du terme. A savoir que la création littéraire permet de faire vivre toute la chaîne du livre, de l'éditeur au libraire en passant par l'employé d'imprimerie, mais l'écrivain, qui est pourtant au cœur de cette chaîne, lui, n'en vit pas. " Dixit le sociologue Bernard Lahire, qui publie " La condition littéraire ". Dans son étude, il montre que 98 % des écrivains exercent ou ont exercé un second métier. (Télérama, 23/08/06)

Libellés :

Anonymous Matthieu M. a écrit...

Il faut pourtant bien admettre qu'il est normal que tous les revenus des écrivains soient inégaux. Car il y a à boire et à manger... On est quand même dans un pays où la culture littéraire est très forte et donc où la masse de livres qui innonde à chaque rentrée littéraire les librairies est phénoménale.
Si tous les écrivains qui publie un livre tous les ans ou tous les deux ans avaient un revenu leur permettant de ne faire que ça, je trouverais ça un peu indécent. Ecrivain ou pas.

12/9/06 09:35  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale