4.9.06

La criminalisation de l'alimentation

" Aujourd'hui, le plaisir de manger, la satisfaction orale, la gourmandise sont criminalisés. C'est grave, parce que le goût et la jouissance fondent l'acte alimentaire. La recherche de la satisfaction est programmée en nous par le cerveau reptilien, comme le sommeil, la sexualité. Sans satisfaction éprouvée à se nourrir, sans volupté à manger, nous ne le ferions pas ! Or le plaisir de déguster un aliment, le goût, s'élabore à travers tout un apprentissage, une histoire personnelle et collective, une découverte de la gastronomie et des traditions culinaires. Manger est un savoir-vivre, un art de jouir. Aujourd'hui, cette jouissance est décriée et le bien-manger se perd. La criminalisation de l'alimentation a remplacé celle de la sexualité, c'est la nouvelle manière de nous empêcher de jouir de la vie. " Dixit le chercheur Jean-Marie Bourre, auteur de " La nouvelle diététique du cerveau " chez Odile Jacob. (Le Monde 2, 26/08/06)

Libellés :

Anonymous Dark Mind a écrit...

Voici les affirmations d'homme qui mange tous les jours à sa faim.
Le cerveau reptilien nous pousse surtout, comme tout bon prédateur, à 'chasser' pour manger... Après la qualité des proies dépend avant tout de la quantité de gibier disponible et du nombre des chasseurs.
Je ne suis pas persuadé que la qualité de l'alimentation soit une priorité au Darfour...

4/9/06 11:27  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale