8.8.06

Quand la recherche explique le bien-être du couple

" La programmation génétique du comportement amoureux modifie l'activité de certaines zones du cerveau. Ces zones vont peu à peu se désensibiliser, même si des mécanismes hormonaux, comme ceux de l'ocytocine, tempèrent le processus. Progressivement, l'activité du cerveau reprend son cours normal, débarrassée de l'excitation de la période amoureuse. Cette désensibilisation intervient quand l'enfant est capable de se débrouiller tout seul, vers trois ans. Dès lors, un seul parent peut suffire. Pourquoi forcer deux parents à rester ensemble s'ils ne sont plus nécessaires à l'évolution ? L'évolution se fiche de notre bonheur après la reproduction !... " Dixit Lucy Vincent, docteur en neurosciences et chercheur au CNRS. Les couples qui durent connaissent aussi une désensibilisation. " Mais il y a aussi une aide biologique à la durée du couple. Quand un couple s'embrasse, se caresse, quand il fait l'amour, ou même quand il bavarde tranquillement autour d'un dîner, il y a libération d'ocytocine, qui induit un sentiment de bien-être. Les couples qui gardent ces comportements amoureux peuvent durer plus longtemps. Ils ne sont plus dans la dépendance, mais dans le bien-être. " (L'Alsace, 06/08/06)

Anonymous Jean-Yves a écrit...

Verra-t-on un jour prescrire médicalement de l'ocytocine pour faire "durer" les couples ? ...le temps au moins qu'ils se reproduisent...

8/8/06 09:43  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale