20.7.06

Le nouveau doudou

" Dans notre société rationnelle et désacralisée, les technologies deviennent de nouveaux fétiches. Pour nos contemporains, le portable a un côté magique, il fait office de doudou, d'objet transitionnel. La nécessité de parler à tout instant à n'importe qui d'autre, sans même avoir réfléchi pour soi-même, efface l'angoisse de la séparation - à l'origine, celle du bébé d'avec sa mère. Dans une société où les anxiolytiques sont consommés à outrance arrive un instrument très performant, qui a soudain la fonction imaginaire de remplir le manque… Le portable a la capacité d'effacer l'environnement. Pire même que la télévision. Beaucoup de gens connaissent l'angoisse d'éteindre la télé, qui les ramène à la réalité. Avec le portable se joue le même phénomène, mais en permanence. Je suis dans un train, inconnu parmi des inconnus, dans un de ces endroits où le petit bébé que je continue à être se sent perdu. En utilisant mon portable, j'efface soudain les contours et, en outre, je claironne ma carte de visite - tout le monde va comprendre que je suis avocat, ou un séducteur, etc. Il n'y a plus que moi qui compte, dans un mouvement narcissique et régressif très fort. Le portable fait croire à une forme de puissance : je suis partout, on peut me joindre partout. La seule réalité de cette ubiquité, c'est qu'en fait je ne suis nulle part. " Dixit le psychanalyste Miguel Benasayag, coauteur de " Plus jamais seul, le phénomène du portable ". (La Vie, 22/06/06)

Anonymous Jean-Yves a écrit...

Je pourrais écrire le même commentaire que pour le post précédent... sans téléphone portable, il est où mon doudou ?

20/7/06 08:58  
Anonymous jid a écrit...

ba zut alors, je me rends compte que je fais cela avec les livres : j'ai toujours un livre avec moi (et je ne possède pas de téléphone portable)

20/7/06 19:53  
Anonymous laurie a écrit...

Alors moi mon doudous ce serait mon tube de Labello que je ne quitte jamais... ?

17/11/14 14:54  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale