25.7.06

Déluge d'infos

" Il faudrait réfléchir à ce « murmure médiatique », audible vingt-quatre heures sur vingt-quatre, à ce « déluge d'infos » qui encombrent notre vie. Tous ces directs, ces flashes et ces images sont censés nous raccorder au réel. Le bouillon de bruits et de mots dans lequel nous baignons nous fait croire que nous sommes présents au monde. Mais c'est pure illusion. Dans tout cela, finalement, il y a plus de sensations que d'informations utiles. Quant aux commentaires ultérieurs, ils nous rendent rarement le monde beaucoup plus intelligible. Nos engagements, quoi que nous fassions, demeurent donc distants et nos curiosités versatiles. Alors ? Alors, les couplets rabâchées sur la « transparence du monde » ou l' « information des citoyens » me paraissent dissimuler une déréalisation progressive de notre rapport aux choses et au temps. Notre prétendue présence au monde devient de plus en plus virtuelle. Elle se réduit à des images. Elle correspond, en vérité, à une énigmatique et cotonneuse absence. " Dixit Jean-Claude Guillebaud, dans sa chronique. (La Vie, 29/06/06)

Anonymous Jean-Yves a écrit...

Il n'y a pas UN réel mais des réels que chacun se construit en fonction de ce qu'il peut assimiler. Notre présence au monde est parcellaire, une sorte de "cotonneuse absence" comme l'écrit très bien Jean-Claude Guillebaud.

25/7/06 06:04  
Blogger Oliver R a écrit...

Justement !!!

Comment se comprendre si tout le monde n’est pas sur le même plancher (des vaches) ? Au lieu d’unifier, les médias divisent. Ils rendent parcellaires notre vision du monde. Ils le cassent, miettes par miettes, diluant et déformant ainsi le sens à souhait. Accentuant de fait les tensions… Nous sommes sous-informé et infobèse dans le même temps (paradoxe des temps modernes).

L’ennemi, c’est le bruit.

31/7/06 12:59  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale