19.4.06

L'homme descend du songe

" S'ouvrir à l'utopie, non pas au sens d'une élucubration abstraite et naïve, mais d'un but vers lequel on tend, tout comme on dit de la démocratie qu'elle est une utopie, ce qui ne l'empêche pas, par moments, de devenir réalité. S'accomplir, c'est s'étirer vers l'avenir car, contrairement à certaines idées reçues, le futur, plus que le passé, donne sens au présent. Je ne nie pas qu'il faille explorer son passé pour comprendre le trajet que l'on a fait jusque-là. Mais les histoires de mes patients m'enseignent que le plus important pour un sujet, ce sont ses rêves pour demain, de la même façon que, sur la route, la nuit, l'éclairage qui se trouve devant nous est plus utile que les lumières qui s'éloignent derrière. C'est grâce à ses projets qu'un homme permet au futur de ne pas être la seule répétition ou le simple prolongement du présent, mais un accomplissement plus grand. L'homme descend du songe, et c'est parce qu'il rêve l'avenir qu'il pense, s'élance et veut davantage. " Le psychologue et psychothérapeute Alain Delourme. (Psychologies, mars 2006)

Anonymous malisan a écrit...

une très belle pépites pour relancer le bal, rêves et utopies sont indispensables

18/4/06 23:07  
Anonymous Didier a écrit...

Merci pour le clin d'oeil, et pour le retour, surtout !!!
En fait, j'ai cru que tu avais commis le poisson d'avril juste avant un départ en vacances, un truc comme ça. Faux mais en même temps...

18/4/06 23:19  
Anonymous Jean-Yves a écrit...

D'accord avec Malisan et avec Alain Delourme : les pauses sont utiles pour faire un retour sur son passé mais elles permettent aussi de se penser en devenir.

19/4/06 08:21  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale