21.4.06

La France incapable de grandes réformes tranquilles

" J'ai cherché désespérément dans l'histoire les moments où la France avait été capable de faire de grandes réformes qui allaient changer son destin, tranquillement, par le dialogue, par le Parlement. Je n'en ai pas trouvé… La rupture est consubstantielle à notre histoire… La France est incapable de faire des diagnostics partagés… La guerre d'aujourd'hui, c'est celle du courage contre l'égoïsme. Pour la première fois, les Français pensent que leurs enfants vivront moins bien qu'eux. Ces enfants vont devoir financer la retraite et la santé de leurs parents, leur propre retraite, et rembourser la dette publique, qui ne cesse de grossir. Un système de répartition où l'on vit trente ans après son départ en retraite, cela ne peut pas fonctionner sans réelle remise en question. J'ai ainsi calculé qu'avec mon espérance de vie je toucherai plus en retraite que l'ensemble de mes revenus d'activité ! Aux frais, bien évidemment, de la génération suivante, qui devra supporter ce poids… On est à la veille de la rupture. La rupture élan, pour moi, ce serait affirmer que le monde existe et que la France ne peut pas se couper de ce monde... " Dixit le professeur d'histoire Jacques Marseille. (www.lemonde.fr, 26-27/03/06)

Anonymous Jean-Yves a écrit...

ou la difficulté de s'adapter au "réel" dans un monde qui n'est plus celui de la génération précédente...

20/4/06 22:52  
Anonymous Manu a écrit...

merci, pepite.

21/4/06 17:34  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale