9.3.06

Une flexibilité hypocrite

" Des blocs entiers de la population veulent bien du changement économique, mais refusent d'en subir les conséquences : ce sont essentiellement les employés des grandes entreprises et ceux du secteur public. Ils bénéficient d'emplois garantis, d'avancement à l'ancienneté, et retardent autant que possible toute évolution qui leur serait défavorable. Et ils ont du pouvoir ! Voyez le nombre de députés et de ministres issus de la fonction publique. Du coup, la flexibilité en France se développe de manière hypocrite : elle pèse essentiellement sur les travailleurs les moins qualifiés et les petites entreprises. Les 35 heures ont renforcé le phénomène : dans les administrations et les grandes entreprises, les salariés ont obtenu des jours de congé supplémentaires. Dans les petites entreprises, ni salaires élevés, ni avantages sociaux, ni formations… " Dixit l'économiste Bernard Perret, qui s'intéresse de près à la précarisation croissante d'une partie de la population française. (Télérama, 08/02/06)

Anonymous Anonyme a écrit...

http://spectacles.telerama.fr/edito.asp?art_airs=M0602081018212&srub=1

9/3/06 04:05  
Anonymous Jean-Yves a écrit...

Personne ne représente les gens les plus précaires. Personne n'explique notre société avec ses forts et ses faibles.
Comme si cette société allait de soi alors qu'elle est bien "fabriquée" et qu'elle entretient la défense de ceux qui sont déjà le mieux protégés.
Où peut aller une société qui ne pense qu'aux "plus riches" ?

11/3/06 13:39  
Anonymous Anonyme a écrit...

Tout dépend ce qu'on entend par "changement économique"...
S'il s'agit de libéraliser le monde de l'entreprise et du travail pour en faire profiter un minimum de gens (les actionnaires principalement), il me semble tout à fait logique de défendre un certains nombres d'avantages, dont on oublie souvent qu'ils sont en fait des droits sociaux acquis de longues dates...
Ce ne sont pas les fonctionnaires à qui s'attaquer mais bien au système capitaliste qui veut par exemple qu'un grand chef d'entreprise parte à la retraite avec des millions d'euros (!) comme "cadeau pour services rendus"... sans parler des disproportions exagérées existantes dans les pyramides salariales des grandes entreprise...

18/3/06 13:48  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale