1.2.06

Osez !

" Une nuit dans l'Atlantique, j'ai chaviré 17 fois, les vagues faisaient 10 mètres. Je me rassurais, je me caressais le visage, pour faire comme si quelqu'un était là, à mes côtés. Au quotidien, on ne se rend pas compte qu'on a besoin des autres. Mais quand on est privé du moindre regard, de complicité, on comprend qu'ils sont indispensables. Sans eux, on se sent vide, inutile. En même temps, la solitude peut être jouissive. C'est une union avec la nature, on se sent apaisé, lavé, purifié. La sensibilité est à fleur de peau. Sur l'océan, il m'est arrivé de pleurer devant des couchers de soleil. La confrontation avec le monde extérieur est alors pénible. Quand je passe par exemple en direct sur une radio. Avant l'interview, on me met en attente : j'entends les pubs à l'antenne. Le monde extérieur me percute. En mer j'ai pris conscience de qui je suis. Maintenant, j'arrive à vivre dans l'instant. J'ai envie de transmettre cette aptitude, de dire aux gens, aux enfants : « Demandez-vous quel est votre rêve, et osez ! » J'essaie de leur faire prendre conscience qu'ils vivent dans un monde surprotégé où l'on prend moins de responsabilités. Que le bonheur n'est pas forcément confortable. Et que ça ne s'achète pas en grande surface. " Dixit Maud Fontenoy, qui a traversé l'Atlantique et le Pacifique à la rame. (Challenges, 12/01/06)

Anonymous malisan a écrit...

ce témoignage est précieux... vraiment

1/2/06 23:25  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale