18.1.06

La prison, c'est la mort

" Le rôle de la prison, ce devrait être d'en sortir meilleur. En France, c'est le contraire. La prison, c'est la mort sociale. 9 m², c'est rien, c'est un endroit où l'on parque des chiens au fond d'une cour. Dans 9 m², rentrent des hommes et des femmes qui ont commis une faute. En ressortent des animaux qui n'ont plus aucune notion de ce qu'est l'humanité et la notion de l'autre. " Dixit le maire de Barsac en Gironde, Philippe Meynard, dont le frère est mort peu après sa sortie de prison, détruit. (Le Monde, 17/01/06)

Anonymous Jean-Yves a écrit...

Ce sera difficile de faire évoluer les mentalités car ce sujet n'intéresse "personne". Pour la grande majorité de nos concitoyens, la prison ne doit pas seulement enfermer mais détruire... alors en sortir meilleur...

18/1/06 07:19  
Anonymous Anonyme a écrit...

Il en est ainsi depuis la nuit des temps. La prison est avant tout une punition et ce n'est que tout récemment que l'on a commencé à y voir un moyen de rédemption... Mais, entre les mentalités étriquées, le manque de crédits, la dureté des prisonniers, le dégoût des matons, l'indifférence de la population, le goût de la vengeance, une justice à deux vitesses, la difficulté de la réinsertion, et j'en passe, il semblerait que le problème que tu évoques perdure encore bien longtemps. C'est un cercle vicieux dont nous aurons bien du mal à sortir, comme celui des SDF, de la pauvreté, des armes ou de la pollution...
Chris à errances.over-blog.com

18/1/06 08:05  
Blogger DCLG a écrit...

Sur le même sujet :

Loïk Le Floch-Prigent, je ne m’étais jamais beaucoup intéressé à lui. Voir pas du tout. Mais son petit tour en prison lui permet de revenir avec un bouquin (Une incarcération ordinaire - Le Cherche Midi) sur le sujet justement, avec quelques idées qui changent de la répression outrancière que l’on nous vante à tour de bras ces temps-ci :

* « La société a le sentiment que mettre des gens en prison est une solution pour se protéger, elle se trompe. Ceux qui y entrent en ressortent sans jamais y avoir été préparés, souvent pire qu’ils n’y sont entrés. »
* « L’administration pénitentiaire est jugée sur trois critères : pas d’évasion, pas de mutinerie, le moins de suicides possible. Or, ce devrait être sur la qualité de réinsertion et le taux de récidive. »
* Source : 20’’ du 16/01

18/1/06 19:43  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale