23.12.05

Un formidable progrès

" La politique, dirais-je à l'inverse de Clausewitz, c'est la guerre continuée par d'autres moyens. Autant dire que c'est l'un des plus formidables progrès de l'histoire de l'humanité (ces moyens valant infiniment mieux, presque toujours, que la guerre) et la seule forme effective de la paix. C'est pourquoi l'apolitisme est une faute. C'est pourquoi l'individualisme est une faute. On ne se bat pas tout seul, puisqu'on ne se bat que contre quelqu'un, puisqu'on n'a de chances de l'emporter, à l'échelle de la société, qu'avec d'autres… Mais c'est qu'en vérité on ne vit pas tout seul : toute vie humaine en suppose d'autres, qui l'engendrent, qui l'éduquent, qui l'accompagnent, qui la croisent, qui la gênent, qui la fortifient, contre lesquelles elle s'appuie ou s'oppose, se définit ou se cherche. L'homme, disait Aristote, est un animal politique - au point, ajoutera Marx, qu'il ne peut s'isoler que dans la société. Et quoi de plus social, en effet, que nos solitudes d'aujourd'hui ? " Dixit le philosophe André Comte-Sponville, dans le livre absolument indispensable " La vie humaine ", déjà cité hier.

Anonymous Christophe a écrit...

[... déjà cité hier]

Oui, j'ai compris. Je vais devoir sortir mon portefeuille (avec plaisir !).
Ces deux extraits valent de l'or.

24/12/05 10:56  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale