7.11.05

Qui a déjà pleuré en lisant Internet ?

" Qui a déjà pleuré en lisant Internet ? " Telle est la question posée par Daniel Erasmus, professeur à l'Ecole de management de Rotterdam lors d'un récent débat sur la civilisation numérique. Il déplore ainsi la pauvreté du réseau à ses yeux. Je vous retourne la question : avez-vous déjà pleuré en lisant Internet ? Je reconnais que cela ne m'est jamais arrivé. J'ai tout au plus été touché par telle pépite ou telle photo, mais l'écran ne m'a jamais arraché une larme… Mes plus fortes émotions de lecture restent dans les livres. Et vous ? (Le Monde, 26/10/05)

Anonymous Jean-Yves a écrit...

Question très intéressante et qui laisse songeur sur le développement de "L'HUMAIN".

7/11/05 11:03  
Blogger Oliver R a écrit...

J'ai pleuré en lisant son commentaire.

7/11/05 13:00  
Blogger Laurent a écrit...

Souvant. Le livre n'est pas différent de l'écran, ce n'est qu'un support. Il y un fétichisme attaché au livre comme au vinyle. J'écoute de la musique et je pleure parfois en l'écoutant, quelle vienne de mon iPod, de mon CD ou d'un groupe Live.

L'émotion n'est pas dans l'objet, elle en moi. Le véritable artiste disait quelqu'un c'est le spectateur, c'est lui qui fait tout le boulot.

7/11/05 13:40  
Anonymous Patrice a écrit...

Je suis entièrement d'accord avec Laurent.
J'ai pleuré en lisant des textes touchants, qu'ils proviennent de mon écran ou d'un livre. Peu importe le support, seul compte l'auteur et le message qu'il fait passer.

Je suis aussi très sensible à la beauté de la musique, peu importe sa source, du moment qu'elle atteint mes oreilles et mon coeur :-)

7/11/05 14:37  
Anonymous Jean-Yves a écrit...

Bien sûr que l'émotion n'est pas intrinsèquement dans le support et sans faire de "fétichisme" du livre, il reste que pour moi le rapport à l'écrit dans un livre est différent que sur le net : je reviens plus facilement dans un même livre (le lendemain, un mois après, un an après...) que sur le net où "l'info" a même parfois disparu. Une émotion ne naît pas toujours dans l'instant : il lui faut parfois du temps pour être "distillée"...

8/11/05 04:45  
Blogger Oliver R a écrit...

Comparer Internet aux livres est aussi déroutant que de comparer un DVD-ROM avec un vinyle. Ca n'a pas de sens.

Avec Internet on peut rejoindre un cercle de littérature de sa région, apprendre à mettre en forme le livre qu'on a enfin décidé d'écrire, partager des commentaires sur des livres et des auteurs, rencontrer des gens, etc.

C'est vrai qu'au jour d'aujourd'hui il n'existe pas de mode d'emploi clair du Net. Mais c'est parce qu'il se réinvente tous les jours. C'est là justement que réside sa richesse, et pas ailleurs.

Quant à la fusion des médiums (par exemple livre + Internet), elle a déjà fait l'objet de nombres de tentatives mais sans succès. La belle affaire: on bloque les innovations fulgurantes et atypiques en n'oubliant pas au passage de se plaindre "de la pauvreté d'Internet."

L'exemple de Google Print n'est que trop éloquent… mais un Amazon qui décide de vendre les livres à la page, ça n'émeut personne mais c'est du jamais vu.

A défaut de ne pas connaître le Net dans son intégralité, ne prenez pas Internet pour ce qu'il n'est pas M. Daniel Erasmus.

AMAZON
http://www.01net.com/editorial/294206/commerce/amazon-vend-les-livres-a-la-page/

LE NOUVEAU WEB – par Michel Cartier
http://www.michelcartier.com/McArticleB.php3?id_article=272

E-BOOK
http://www.enssib.fr/bibliotheque/dossthem/E-book/bibliographie.htm

8/11/05 10:50  
Blogger Oliver R a écrit...

Comme dans d'autres Pépites, je me rends compte que ce qui avance le moins vite aujourd'hui: c'est l'Homme. Nous sommes notre propre frein vers quelque chose de mieux.

" Tout a été fait, il faut juste essayer de faire mieux. " Dixit Stanley Kubrick (Pépite du 30/10).

8/11/05 11:21  
Anonymous MP a écrit...

Je ne pense pas que se soit le fait de lire un article via net, une revue, ou un bon livre qui fait varier l'intensité de nos émotions.
Mais l'endroit, la position et le fait de tenir la souche entre nos mains fait que cela nous touche plus intimement tout simplement !
Même avec un portable, la luminosité de l'écran, ce côté artificiel me bloque d'avantage ...
De plus je ne suis pas d'accord, que le fait de comparer le net à un livre, c'est comme comparer un dvd à un vynil.
Avec un dvd vous améliorez la qualité d'audition, avec le net améliorez-vous la qualité de vos lectures, je ne pense pas bien au contraire ...
Et pour finir, dans les clubs de lecture, les bibliothèques, vous pouvez également échanger mais d'avantage !
MP

8/11/05 17:31  
Blogger Laurent a écrit...

> MP
> le net améliorez-vous la qualité
> de vos lectures, je ne pense pas
> bien au contraire ...

C'esrt en effet différent mais avec le net, le texte peut s'enrichir de commentaires, d'hyper liens, de musique, etc. Le débat entre livre papier et livre numérique risque de devenir oblsolète comme l'est aujourd'hui le débat entre Photo argentique et numérique. La plupart de mes copains photographes ont basculés.

9/11/05 07:46  
Anonymous Kugel a écrit...

Liser ce témoignage d'un papa qui se bat aux côtés de son fils. Puis lisez ceci : http://aidezmathieu.free.fr
Pour répondre à Jean Yves : le temps a fait son oeuvre, on se fout du support.
Un tel vibrera avec un livre, l'autre avec une console vidéo... Et tout çà partira aussi en fumée un jour ou un autre.

13/11/05 22:51  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale