5.11.05

Less is beautiful

" Selon le sociologue Gérard Mermet, le consommateur reçoit en moyenne 200 stimuli par jour (affiches publicitaires, spots, propositions commerciales, mailings, vitrines promotionnelles, etc.). D'où l'émergence d'une nouvelle race baptisée les « décroissants », plus actifs que les « alterconsommateurs », qui luttent contre la publicité, la pollution et le gaspillage et prônent le «less is beautiful ». Des séminaires de « désencombrement » et des ouvrages aidant à faire le vide font leur apparition. Aux Etats-Unis, des sociétés de services proposent d'aider à ranger les placards et faire le tri parmi les affaires. Il s'agit d'apprendre à faire la différence entre ses désirs et ses besoins pour y voir plus clair et reprendre le pouvoir sur sa façon d'être en rompant avec ses habitudes. Cette quête de sens révèle l'attente d'un nouveau modèle de consommation..." Extrait d'un article signé Sophie Péters. (Les Echos, 06/09/05)

Blogger Oliver R a écrit...

Pas mal l'article. Morale de l'histoire? Le jour où ce ne sera pas un nouveau mode de consommation, ça aura peut-être un peu plus de sens.

Oui mais comment fait-on pour sortir de ce schéma? Est-ce une volonté citoyenne?, politique?, économique? Qui donne l'impulsion de départ?

Le cynisme? lol

5/11/05 11:21  
Anonymous kugel a écrit...

Pour en savoir plus je vous recommande http://www.decroissance.org et http://www.decroissance.info

14/11/05 23:01  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale