16.5.05

Gâchis !

La tournure prise par la journée de solidarité ce lundi de Pentecôte me sidère. Il semblerait qu'un Français sur deux ne soit pas allé à son travail. Le constat est symptomatique de l'état de notre société :

- Un gouvernement faible qui n'a pas su faire partager son projet,

- Une loi avec laquelle beaucoup jouent. C'est pourtant une loi de la République !

- 1.000 prétextes pour ne pas aller travailler : appel à la grève, à la désobéissance civique, à boycotter les cours, ne pas envoyer ses enfants à l'école, rage de dents bien à point…

Or souvenez-vous de cet été 2003. Les morgues se remplissaient sous nos yeux de personnes âgées qui n'avaient pas résisté au choc de la canicule. L'émotion était à son comble, insupportable. La proposition gouvernementale était arrivée comme une bonne idée initialement acceptée par la majorité.

Aujourd'hui qu'en reste-t-il ? Un exemple supplémentaire du gâchis collectif dont nous sommes capables en France. La majorité est amnésique et incapable d'offrir aux personnes dépendantes, car ils ne faut pas oublier les handicapés, une simple journée de solidarité. Il y a l'aspect financier, mais il y a aussi l'aspect du symbole que nous offrons à ces personnes : celui d'un égoïsme débridé que plus rien n'arrête. Je regrette que les médias ne donnent pas plus la parole aux personnes âgées et handicapées. Cela remettrait un peu les choses à leur place. A notre tour un jour nous serons à leur place. Et que penserons-nous des plus jeunes ?

C'est quoi une journée de travail au bout du compte ? Je suis fier que tout le monde soit présent dans mon entreprise aujourd'hui. J'aurais personnellement trop honte d'être à la plage ou au cinéma. Quand il est question d'un peu de solidarité, même si elle n'est peut-être que symbolique, aucune excuse n'est valable.

Anonymous jid a écrit...

J'ai un peu de mal à suivre ton raisonnement : pour moi, l'argent qui va servir provient des taxes professionnelles des entreprises, donc si un particulier est en congé, en grêve, l'entreprise paie quand même la taxe puisque sur l'année, il manque un jour férié donc il y a un jour travaillé en plus.

Quant à la proposition gouvernementale, je n'ai pas souvenir qu'elle ait été soumise (c'était "une piste de réflexion") mais bien que (au moins sur les 10 que nous étions à la machine à café) c'était une idée idiote (quid des fonctionnaires, des non-salariés?)

17/5/05 14:06  
Anonymous Didier a écrit...

Je partage l'avis solidaire. J'ai pourtant pris un jour de congé lundi. Ce que je souhaiterais, c'est que la dépendance et le handicap soient considérés comme le cinquième risque et qu'à ce titre, bénéficient tous les jours de la solidarité nationale. Une façon, je trouve, non de dire à ces personnes on ne vous oublie pas mais on vous aime.
Autre regard que j'aimerais vous soumettre. Celui... d'un retraité. Qui me disait hier, y'en a marre, on ne demande qu'aux salariés. Et nous ? Pas faux !

17/5/05 23:26  

Enregistrer un commentaire

<< Page principale